Candidatez à la 9ème édition des Prix Anacej des jeunes citoyens

Depuis 2011, l’objectif de ces prix est de promouvoir la participation des enfants et des jeunes à la décision publique et leur concertation au niveau local, en récompensant les actions réalisées au cours de l’année 2018 par des enfants et des jeunes dans leur collectivité. Au total 12 catégories existent afin de permettre à toutes et tous de présenter leur candidature. Pour cette 9ème édition un nouveau partenariat avec Le Souvenir Français a été mis en place pour la catégorie n°12 ” Travail de mémoire”. Cette nouvelle catégorie mettra en lumière les projets menés par les enfants et jeunes, autour du travail de mémoire.

Vous pouvez donc candidater dans 12 catégories différentes :

Catégories réservées aux collectivités adhérentes à l’association :

1/ Petites communes (communes de moins de 10 000 habitants)

2/ Communes moyennes (10 000 à 80 000 habitants)

3/ Grandes villes (plus de 80 000 habitants)

4/ Conseils départementaux

5/ Conseils régionaux

6/ Intercommunalités (de toutes tailles)

Catégories ouvertes à toutes les collectivités, adhérentes ou non à l’Anacej :

7/ Démarche de participation innovante

8/ Projets européens (Sous le patronage de la Représentation en France de la Communauté Européenne)

9/ Démarche de développement durable (En partenariat avec EDF Collectivités)

10/ Démarche Intergénérationnelle (En partenariat avec La Palme de l’Initiative Intergénérationnelle)

11/ Conseils du monde

12/ Travail de mémoire (En partenariat avec Le Souvenir Français)

Les actions primées seront valorisées dans tous les outils de communication de l’Anacej et des partenaires du prix.

Téléchargez le règlement de la 9ème édition.

Pour candidater, complétez le dossier de candidature téléchargeable ici et envoyer-le par mail ou bien à l’adresse “Anacej, 10-14 rue Tolain 75020 Paris” jusqu’au 29 mars 2019 inclus.

Les résultats seront connus lors de la remise des prix, en juin 2018, à l’occasion de l’Assemblée générale de l’Anacej à Nantes.

Offre d'emploi : Chargé.e de mission PRA/OSIM – Capitalisation, étude et exploitation des données

 
Dans le cadre du développement de son programme PRA/OSIM (nouveau triennal 2019-2021), le FORIM recherche un.e chargé.e de mission dont les missions seront les suivantes :
 
Sous l’autorité du directeur du FORIM et en lien avec les autres chargé(e)s de mission, le/la chargé.e de mission aura pour responsabilité :
 
- Opérationnalisation du chantier dématérialisation et gestion de l’outil de dématérialisation en lien avec le prestataire
- Gestion d’une cartographie de projets, d’un moteur de recherche OPAP, Mise en place et animation d’une base de données d’experts
- Réalisation des études thématiques, des documents de capitalisation, fiches de bonnes pratiques, fiches pays, etc
- Organisation des séminaires, événements, formations de capitalisation en lien avec le/la chargé.e de mission « Suivi de la mise en oeuvre projets ».
- Gestion, exploitation et analyse des données et production des statistiques, construction d’un référentiel d’indicateurs
- Animation des partenariats avec les acteurs de la recherche et de l’enseignement supérieur 
 
Dans le cadre du programme, le/la chargé de mission assurera les activités occasionnelles suivantes :
 
- Appui à la rédaction des comptes rendus et des demandes de financements,
- Participation aux missions de terrain
- Appui à la pré instruction des dossiers dans le cadre des appels à projets
- Participation au processus d’évaluation externe du programme
- Participation aux travaux de capitalisation et de valorisation en lien avec les chargés de
mission capitalisation et communication
 
Le/la chargé.e de mission contribuera au fonctionnement quotidien et à la gestion courante de l’association (en partage avec les autres chargé.e.s de mission) notamment :
- Accueil, information et orientation du public, des membres et des partenaires.
- Secrétariat Technique des groupes de travail
 
Tous les détails de l'offre d'emploi sont à consulter dans le document en pièce jointe.
 
Documents à envoyer : CV + LM – Sous la référence OECM/2019/03
Contact : Nicolas LAURENT, Directeur

 

À Télécharger: 

La campagne une femme, un mois, une histoire : Portrait de Mme Natacha Sibly LOKPO, Présidente de l’ONG Rêve D'Ivoire

Femme indépendante, battante, visionnaire, vertueuse et souriante, Natacha Sibly LOKPO est une jeune femme entrepreneuse née le 9 octobre 1985 à Abidjan en Côte d'Ivoire. Elle est issue d'une famille recomposée de deux sœurs et quatre frères. À l'âge de sept ans, elle arrive en France. Dix-ans ans plus tard, elle obtient son baccalauréat en hôtellerie restauration et devient maman de son premier fils à l'âge de dix-sept ans. Consciente de son nouveau statut, elle rejoint un foyer de jeune maman dans le (95) qui lui permettra de concilier études, vie professionnelle et vie de mère pendant trois ans.

Polyvalente, curieuse et pleine d'ambition à la recherche d'évolution personnelle et professionnelle, elle intègre la prestigieuse école HEC Paris dans le parcours Stand Up. Elle fût dernièrement, secrétaire Maintenance à la SNCF Paris pour l'entreprise BTP Misnard. Actuellement, mère de deux fils, elle est  aujourd’hui une jeune femme d'affaire évoluant dans l'économie, sociale et solidaire.

Comment vous est-il venu l’idée de la création de l’ONG Rêve D’Ivoire ?

Nous observons tous les jours avec désarrois que l’Afrique s’appauvrit de plus en plus, par ses multiples guerres, ses instabilités politiques, ses famines, ses maladies et récemment ses actes de terrorismes. Quelles que soient les causes de cette situation et leurs durées, il y a des êtres qui en paient le prix.

L’idée de créer l’ONG Rêve D'ivoire est partie du constat que seulement une petite partie de la communauté africaine se sent concernée par l’entraide des uns envers les autres. Avec un constat, qu’une partie  préfère observer et/ou  critiquer ou bénéficier des dispositifs.

 La misère humaine est le problème de tous et de  tout un chacun. Rêve D'ivoire souhaite apporter sa pierre à l’édifice par des actions sociales et humanitaires luttant contre l’immigration à n’importe quel prix, la pauvreté et la précarité. 

L’O.N.G est une association sans appartenance politique ni religieuse centrée sur ses programmes. Ses statuts sont déposés et enregistrés auprès des autorités françaises depuis le 26 juin 2016. Nous avons une antenne Rêve d'ivoire à Abidjan et  envisageons Rêve D'ivoire à Londres pour 2019.

Qui est Rêve D’Ivoire?

Rêve D'Ivoire « C’est un enfant du continent prêt à rêver d’une Afrique meilleure qui met tout en œuvre pour que son rêve se concrétise ». Il s’agit d’une équipe composée de femmes et d’hommes dynamiques mettant la dignité humaine au cœur de nos actions de tous les jours. Nous avons une équipe de trente personnes situées à Abidjan en Côte d’ivoire.

Nous avons pour objectifs de sensibiliser la diaspora africaine, de combattre la misère, la pauvreté et de redonner la dignité aux populations.

Quelques actions déjà menées ?

Dans la poursuite de nos objectifs, nous avons déjà commencé à mener plusieurs actions en France et en Côte d’Ivoire. Sur la sensibilisation de la diaspora, il y a eu des repas de partage, de l’Afro basket, la journée Beauté, un défilé en tenue traditionnelle, Akwaba in cote (festival des solidarités Paris 19eme). Nous projetons d’organiser une soirée gala de charité à l’UNESCO pour les trois ans de l’ONG pour fin d'année 2019. Sur le plan de l’aide humanitaire nous avons fait des maraudes, des collectes et distributions de vêtements, fournitures Collecte en tout genre  distribution depuis Paris et Abidjan  (Côte d’Ivoire). Nous avons pour projet la création des centres d'hébergement pour les sans domicile fixe en France et la création d'un centre de formation en Côte d'ivoire, d’un Centre de formation en musique, l’organisation de diverses Masterclass, la création d’emploi, le parrainage et la scolarisation de notre jeunesse dans les rues ivoiriennes.

Une 1ère  Boutique Solidaire au nom de Frip2Reve est ouvert en France au 12 Rue du Beffroi à Beaumont sur Oise.

 

Pouvez-vous me dire comment t’es venue l’idée de la boutique ?

L’idée m’est venue de l’exemple d’Emmaüs. La boutique permet de trouver les finances  pour le développement de nos actions. N'ayant obtenu jusqu'à aujourd'hui aucune subvention de l'état, il nous fallait trouver des solutions d’auto -financement.

Quels sont vos besoins actuels ? 

Nous pouvons citez en urgence par exemple des box pour nous permettre de stoker les dons, un véhicule de type utilitaire, un bureau, des partenaires des membres  (transitaires, salles), des sponsors (toutesentreprises),  des bénévoles,  donateurs.trices  et des d’adhérent.e.s.

Quelle est votre ambition ?

Rêve d’ivoire  souhaite s’inscrire dans la lignée des 3 associations comme le Secours Catholique, Association Emmaüs et les restaurants du cœur.

Quelles sont vos qualités et défaut ?

Dynamique, sensible, Franche et battante sont mes qualités et mon défaut pleine d’énergie et trop patiente.

Un mot sur cette campagne « Une femme, un mois, une histoire »

Je tenais à remercier tout d’abord,  l’Organisation des Femmes Africaine de la Diaspora (OFAD) la Présidente Suzanne BELLOUNN, une association dont  je suis  membre qui m’a permis de grandir, d'apprendre, de faire de belles rencontres et de connaître le FORIM dont cette  campagne. Je voudrais dire aux femmes et aux jeunes de se rappeler de la citation de Mme Ellen SIRLIEF Johnson « Si tes rêves ne t’effrayent pas, ils ne sont pas assez grands » 

Ensembles, nous sommes le Rêve Africain ;  Vouloir c'est pouvoir ;  Seule on va vite ensemble on ira Loin.

 

Devenez volontaire du projet AVENIR

Devenez volontaire du projet AVENIR.
AVENIR est un projet issu de l’initiative EU Aid Volunteers (Volontaires européens de l’aide humanitaire)

Qu’est ce que cette initiative EU Aid Volunteers ?

L’initiative EU Aid Volunteers - Volontaires de l’aide de l’Union européenne, a été lancée en janvier 2015, pour une première période de six ans. Elle contribue à l’engagement pris par l’Union européenne à relever les défis en matière de réduction des risques de catastrophe. 

L’initiative EU Aid Volunteers :

  • Offre aux Européens une opportunité de démontrer leur solidarité avec les populations qui en ont le plus besoin,
  • Apporte un soutien professionnel grâce à la participation de bénévoles bien préparés,
  • Propose des mesures de renforcement des capacités aux organisations locales.

Quelles sont les conditions du dispositif de volontariat EU Aid Volunteers ?

  • Le/la volontaire doit être un citoyen de l’UE ou un ressortissant d’un pays tiers résidant régulièrement dans un État membre de l’UE
  • Le/la volontaire doit être âgé(e) d’au moins 18 ans.

Frais pris en charge :

  • Formation avant le départ (transports, repas, hébergement
  • Préparation au départ avec l’organisation d’envoi (transport, repas, hébergement)
  • Vaccins et visite médicale
  • Assurance
  • Déplacement vers le lieu de mission
  • Hébergement (loyer, assurance, charges)
  • Indemnité mensuelle définie pour chaque pays

Les repas et transports personnels du volontaire sont à la charge du volontaire.

Les missions 

Le projet AVENIR prévoit le déploiement de 30 volontaires européens, pour une partie en binôme avec des volontaires nationaux des pays concernés.

Voir les offres sur la plateforme EU Aid Volunteers 

Proposer sa candidature et s’engager

Les documents suivants sont à compléter - voir les annonces en ligne :

ATTENTION : Des volontaires supplémentaires par mission seront retenus et participeront à la formation. Cela assure le maintien des missions en cas de désistement. Par conséquent, la sélection finale ne sera confirmée qu’après la formation en présentiel.

 

source : France Volontaires

 

Solliciter la dotation PRA/OSIM : temps d'information et d'échanges - Dijon, 8 mars 2019

 

Le PRA/OSIM est le « PRogramme d’Appui aux projets des Organisations de Solidarité Internationale issues de l’Immigration ». Coordonné par le FORIM à l’échelle nationale, c’est un dispositif financier ouvert uniquement aux OSIM qui permet d’obtenir jusqu’à 15.000 euros par projets menés. 

 

Organisateurs : BFC International en partenariat avec le FORIM 

Publics : les membres des OSIM de Bourgogne-Franche-Comté 

Intervenants : un représentant du FORIM et de BFC International 

Date et lieux : vendredi 8 mars, de 17h à 20h, à Dijon (Maison des associations, 4 rue des Corroyeurs) 

Contact : Benjamin LÉGER (benjamin.leger@bfc-international.org / contact@bfc-international.org / 03 81 66 52 38) 

Inscriptions : obligatoires. Suivre le formulaire en ligne

 

75e anniversaire de l’IRD : Symposium international "Recherche, développement et bien commun. Quelles sciences pour soutenir un monde durable ?"

75e anniversaire de l’IRD : Symposium international "Recherche, développement et bien commun. Quelles sciences pour soutenir un monde durable ?", 22 février 2019 - Paris (Musée du Quai Branly)

Placé sous le haut patronage du Président de la République et sous les patronages de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) et de l’Unesco, cet événement scientifique de haut niveau vise à montrer comment la recherche pour le développement a contribué, contribue et pourra contribuer au bien commun, avec en fil rouge des échanges entre grands acteurs et témoins du Nord et du Sud sur les ODD. 400 participants sont attendus au symposium, qui se tiendra en présence de Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, de Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères et d'Annick Girardin, ministre des Outre-mer.

Il associe des partenaires académiques (grands organismes de recherche et universités du Sud, acteurs européens de la recherche pour le développement), des institutions régionales et internationales, des représentants du monde économique et des ONG. Les débats seront ponctués par des témoignages d’acteurs majeurs du développement (dans le domaine scientifique, économique, politique ou culturel) qui mettront en exergue quelques-unes des avancées majeures de l’IRD et leurs impacts. 

Trois thèmes prioritaires seront ainsi mis en perspective : la santé globale, avec l’exemple de la lutte contre le paludisme ; le changement climatique et les changements globaux, avec un focus sur le cycle de l’eau dans les régions tropicales et méditerranéennes ; les mobilités et la mondialisation, avec les phénomènes migratoires. 

Il associe des partenaires académiques (grands organismes de recherche et universités du Sud, acteurs européens de la recherche pour le développement), des institutions régionales et internationales, des représentants du monde économique et des ONG. Les débats seront ponctués par des témoignages d’acteurs majeurs du développement (dans le domaine scientifique, économique, politique ou culturel) qui mettront en exergue quelques-unes des avancées majeures de l’IRD et leurs impacts. niveau vise à montrer comment la recherche pour le développement a contribué, contribue et pourra contribuer au bien commun, avec en fil rouge des échanges entre grands acteurs et témoins du Nord et du Sud sur les ODD. 400 participants sont attendus au symposium, qui se tiendra en présence de Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, de Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères et d'Annick Girardin, ministre des Outre-mer.

 

Le FORIM, dans la personne de son Président Thierno Camara,  est invité à intervenir sur le thème : 

« Quel rôle devraient jouer les diasporas dans le débat public et l’action publique en matière de migrations ? "

Programme en pièce jointe

 

À Télécharger: 

Les Diasporas africaines. Accélératrices des économies du continent

Cahier du CIAN - Les Diasporas africaines. Accélératrices des économies du continent

Cahier du CIAN - Les Diasporas africaines. Accélératrices des économies du continent

« L’Afrique en France : un nouveau levier de croissance pour le continent »

Alors que l’Afrique enregistre une croissance durable et bénéficie de sauts technologiques grâce au digital, les 3,5 millions de personnes que comptent les diasporas africaines de France se tournent de plus en plus vers le continent pour prendre part à cette dynamique. Beaucoup de projets, d’initiatives entrepreneuriales ou associatives voient ainsi le jour, et des fonds importants sont investis.

À l’initiative du Conseil français des investisseurs en Afrique (CIAN), les journalistes Bénédicte Châtel et Anne Guillaume-Gentil ont enquêté pour mieux cerner la réalité économique des diasporas africaines de France, mais aussi pour évaluer leur impact sur le continent. En constante augmentation, les flux financiers envoyés en Afrique par les diasporas représentent 70 milliards d’euros par an, dont 10 milliards en provenance de France.

Le FORIM a notamment contribué à cet ouvrage pour valoriser le rôle des diasporas africaines dans le double espace.

 

Appel à candidatures pour la labellisation des Opérateurs d’Appui [OPAP]

Dans le cadre du Programme d’Appui aux projets des Organisations de Solidarité Internationale issues de l’Immigration [PRA/OSIM], j’ai le plaisir de vous transmettre l’appel à candidatures pour la labellisation des Opérateurs d’Appui [OPAP], en vue du renouvellement et l’élargissement du réseau des OPAP.

Le présent appel à candidatures concerne tous les membres du FORIM (y compris les anciens OPAP qui souhaitent postuler pour le renouvellement de leur label OPAP).

 

Le dossier complet de candidature, ci-joint, devra être envoyé par e-mail à praosim@forim.netau plus tard le lundi 4 mars 2019.

Une fois les candidatures sélectionnées par le Comité d’Examen Paritaire [CEP] du PRA/OSIM, les chargé.e.s d’appui aux projets au sein des OPAP, devront participer aux réunions, formations et accompagnements individualisés, organisés par le FORIM à leur attention. L’objectif de ces rencontres sera de renforcer les OPAP labellisés pour leur permettre d’assurer pleinement leur rôle d'accompagnement auprès des OSIM.

Offre de Volontariat en Service Civique e COSIM Rhône-Alpes: APPUI À LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE

Dans le cadre de l’appui aux projets de co-développement des Organisations de Solidarité Internationale issues des Migrations, le COSIM Rhône-Alpes, à travers ses membres et l'équipe des chargés d'appui bénévoles, accompagne les porteurs de projets lors de formations collectives mais aussi de séances d'accompagnement individualisé. 
Elles permettent d'informer les associations, de les orienter et de leur apporter, si possible, des conseils d'ordre général, techniques, financiers, organisationels ou autres afin de concevoir au mieux leurs projets de solidarité internationale et de renforcer leurs capacités de suivi et évaluation de leurs projets.

Description de la mission confiée au volontaire : 

En relation avec le bureau et les chargés d'appui bénévoles le volontaires assistera aux séances d'appui individualisés aux associations pour le montage de projets qui consistent à la rencontre des porteurs de projets associatifs et de solidarité internationale afin d’identifier ensemble en fonction de leurs besoin, des solutions adaptées pour la réalisation de leurs projets
- Il participera aux rencontres avec les partenaires et les collectivités locales pour bien comprendre les rouages de l'aide publique au développement et la solidarité internationale
- Il sera en contact permanent avec les membres et le public. Il participera à toutes les actions faites par les bénévoles et l’équipe technique du Cosim afin d’acquérir des bases de la solidarité internationale.
- Il participera à l’organisation de nos événements tels que le Forum des diasporas, les conférences et les journées culturelles. Il participera en outre à l’organisation de nos formations sur plusieurs thématiques (gestion de projet, capitalisation, outils collaboratifs, informatique, les objectifs du développement durable…) Par sa présence, il y assistera mais il participera aussi à la mise en place pour comprendre l’organisation des formations (visite de la salle, rangement et disposition, l’accueil du public… il pourra aussi se charger de demander au public de signer la feuille de présence et la feuille d’évaluation de la formation pour l’aider à prendre la parole en publique) 
- L’une des actions principales de sa mission sera de participer aux rencontres physiques des membres pour améliorer la motivation et la participation de ceux-ci dans l’existence de notre collectif. Cette action sera faite par le secrétaire général, un stagiaire et le volontaire.

Quand ? A Partir du À partir du 4 mars 2019 (10 mois, 30 h/semaine)

Quel domaine ? Solidarité

Combien de postes disponibles ? 2

Le lieu de la mission est accessible aux personnes à mobilité réduite ? Oui

La mission est accessible aux mineurs dès 16 ans ? Oui

Plus d'information : MULABA ALAIN 07 51 18 03 50 

"Pour une compréhension commune des enjeux migratoires" : nouvelle publication Coordination SUD pour un plaidoyer commun

Les ONG doivent-elles se tenir à distance du débat public dès lors qu’il est question de migrations et du traitement souvent injuste qui en est fait par les décideurs et les décideuses politiques en France ou hors de nos frontières ? Pour les membres de Coordination SUD et ses partenaires investis sur la question, la réponse est à l’évidence non.

 

La situation dramatique des personnes migrantes au large de la Méditerranée fait régulièrement les gros titres, de même que la réponse peu coordonnée des États européens à cette présumée « crise ». Déchainant les passions et sujette à de nombreuses aux idées reçues, la question migratoire donne du grain à moudre aux nationalistes et est reprise dans des discours médiatiques et politiques qui véhiculent des idées négatives sur la réalité des personnes migrantes et des migrations.

Coordination SUD a placé l’enjeu migratoire comme une priorité transversale dans sa planification stratégique 2017-2022, ce qui a donné lieu à la création d’une commission Migrations en 2017. Plus de 60 personnes ont répondu à l’invitation de Coordination SUD le jeudi 7 février matin à Paris, pour débattre des politiques migratoires à l’occasion de la sortie de son document de positionnement. Pour une compréhension commune des enjeux migratoires. Cette rencontre visait à favoriser la connaissance et l’appropriation des travaux de la commission Migrations par l’ensemble du réseau, à susciter un débat interne sur les politiques migratoires et à jeter les bases d’une compréhension commune et juste du phénomène migratoire.

L’atelier s’est articulé autour de trois tables rondes émaillées des interventions de représentants et représentantes d’organisations membres active de la commission : Action contre la Faim, Association des Marocains en France, Crid, Forim, Grdr Migration-Citoyenneté-Développement, Médecins du Monde, Migrations & Développement, Secours Catholique-Caritas France.

 

Intervenants à l'atelier

La fermeture comme fil rouge des politiques migratoires

L’atelier a permis en premier lieu d’aborder le lien entre migrations et développement dans la diplomatie française et de poser le cadre de la stratégie adoptée par la France en la matière. Tout en saluant la possibilité pour la société civile de participer à des espaces de concertation sur le sujet, les organisations ont pointé les contradictions entre, d’une part, la reconnaissance de l’apport positif des personnes migrantes au développement et, d’autre part, le déploiement d’une politique de contrôle et de fermeture à l’égard de ces mêmes personnes.

Les échanges ont ensuite porté sur la politique européenne, tendant à confier en dehors de ses frontières la gestion et le contrôle des « flux » migratoires, notamment en Turquie, plus récemment en Libye ou prochainement en Egypte. Dans cette démarche, les politiques et les instruments d’aide au développement (APD) et d’aide humanitaire sont instrumentalisés pour financer une politique de fermeture. Cette politique a des conséquences dramatiques pour le respect des droits fondamentaux des personnes migrantes. Elle va de pair avec une criminalisation des ONG qui viennent en aide à ces personnes, comme par exemple celles actives dans le sauvetage en mer.

Enfin, la réunion a porté sur le Pacte mondial sur les migrations des Nations unies pour des migrations sûres, ordonnées et régulières. Si le texte inclut quelques avancées, notamment l’engagement des Etats à mettre en place des voies d’immigrations sûres et légales, il n’a pas de portée contraignante. De plus, il inclut des éléments problématiques, comme la mise en place d’une base de données biométriques sur les personnes migrantes, sans les garde-fous nécessaires en termes de respect des droits humains. Les ONG n’en resteront pas moins vigilantes pour pointer les limites du texte et à la fois presser les décideuses et décideurs politiques français à la mise en place d’une feuille de route pour la mise en application des engagements positifs de ce Pacte.

 

Les défis à soulever

Plusieurs défis ont été identifiés dans l’agenda politique des mois à venir. En premier lieu, la définition de la Loi d’orientation et de programmation sur la solidarité internationale (LOP-DSI) de la France. Les organisations présentes se sont accordées sur la nécessité de se battre pour un discours responsable sur les migrations et contre toute instrumentalisation de l’APD pour gérer les « flux » migratoires.

En deuxième lieu, l’agenda européen des migrations. Celui-ci entérine sans cesse de nouvelles mesures d’externalisation des frontières ayant des conséquences néfastes pour le respect des droits humains

Pour finir, les élections européennes du mois de mai. Les populistes et les nationalistes se servent aujourd’hui des migrations et des personnes migrantes pour justifier le repli sur soi. Il est plus que jamais urgent de construire un autre récit sur ces enjeux. Les organisations membres de Coordination SUD réunies lors de cet atelier ont plaidé pour mobilisation en faveur d’une Europe durable, juste et accueillante et pour que l’engagement de tout citoyen et de toute citoyenne, de même que celui des organisations de la société civile soient au cœur du projet européen.

 

source : www.coordinationsud.org

 

Pages