Rencontre Régionale des Acteurs du Festival des Solidarités, 27 Avril, Toulouse

COSIM Occitanie prend part à la Rencontre Régionale des Acteurs du Festival des Solidarités Occitanie est prévue samedi 27 Avril à Toulouse .

La rencontre est ouverte aux acteurs du Festival et à toutes les personnes et associations interessées, pour découvrir pendant ce temps d'échange les pratiques pour préparer le Festival sur le territoire d'Occitanie. 

 

"Être citoyen du monde aujourd’hui", table ronde 23 mai, Bordeaux

 

Dans le cadre de la 6e édition du "Printemps de la Diversité" l’association AQAFI avec COSIM Aquitaine et les partenaires du territoire, organisent une table ronde sur le thème 

Être citoyen du monde aujourd’hui

 

Jeudi 23 mai 16h
Hôtel de région

Bordeaux

 

 

Journée de solidarité burkinabé de France, 27 avril 2019, Paris

Le CSB ( Comité France de Solidarité avec Burkina ) organise l'événement sur le théme de la cohésion sociale 

 

Journée de solidarité burkinabé de France

"Pour les familles victimes du terrorisme, tous mobilisés"

samedi 27 avril 2019 

10h - 18h

Mairie du XX arrondissement

6 Place Gambetta, 75020 PARIS

 

Pour information, le CFSB est une initiative de l'UABF , visant à rassembler la diaspora Burkinabè de France autour d'activités de solidarité sur les problèmes occasionnés par le phénomène sécuritaire.

Le programme est disponible en pièce jointe pour consultation.

 

 

 

À Télécharger: 

Politiques publiques genre au Sénégal : une fiche pratiques proposée par CSUD

Coordination Sud propose une fiche benchmarking sur les politiques publiques genre au Sénégal. Conscient de l’enjeu du rôle des femmes dans l’atteinte des objectifs de développement durable du pays, le Sénégal a été parmi les premiers pays de la sous région ouest africaine à lutter contre les inégalités entre les femmes et les hommes et à s’engager pour la protection et la promotion des droits des femmes, à travers la ratification de la majorité des conventions internationales en l’espèce et la mise en œuvre de plusieurs réformes et cadres de référence visant à améliorer le statut juridique et la participation politique des femmes.

Ces réformes tant institutionnelles que juridiques se traduisent-elles par une mise en œuvre effective des droits des femmes et de l’égalité femmes-hommes et engendrent-elles de réelles avancées dans ces deux domaines ?

Pour approfondir le sujet, le FORIM invite son réseau à télécharger la fiche Sénégal de CSUD.

source : Coordination SUD

 

"Les femmes ont un rôle clé pour une croissance durable de l'Afrique" Conclusion des travaux du FEEFAD, 28 Mars.

Les travaux de la 5ème édition du Forum Economique et entrepreneurial des Femmes Africaines et de la Diaspora (FEEFAD) se sont conclus le 28 mars après 2 jours de programme riche de rencontres et témoignages. 

Organisé par L'OFAD, le FORIM et E.CAM au Palais des Congrès de Yaoundé du 27 au 28 mars 2019, sous le thème de l'entrepreneuriat féminin accélérateur du développement de l'Afrique », l'événement a été présidé par Le Ministre du Commerce Luc Magloire MBARGA ATANGANA. Dans son discours d’ouverture, son Excellence a souhaité la bienvenue aux membres du corps diplomatique, aux organisatrices et particulièrement à la Présidente de l’OFAD. Le Ministre du Commerce a également exprimé les sincères remerciements du Gouvernement pour le Choix porté sur le Cameroun pour cette édition.

S’adressant aux participants, il a indiqué que ce forum est une initiative salutaire qui entre en droite ligne de la politique du Chef de l’Etat pour l’entreprenariat féminin, l’emploi décent des femmes des jeunes et des groupes vulnérables ceci pour une croissance favorable afin de sortir de la Pauvreté. Il a rappelé que, dans sa profession de foi dans le cadre de la dernière élection présidentielle, le Président de la République a réitéré le rôle des femmes et des jeunes dans la vie politique et économique. Pour clore son discours, le Ministre du Commerce a précisé que l’entrepreneuriat féminin est vecteur de croissance et appelé les femmes a profité grandement de ces échanges et débats.

Après l’allocution d’ouverture, le Ministre a procédé à la coupure du ruban symbolique afin de marquer solennellement l’ouverture des travaux de cette 5ème édition du FEEFAD.

Plusieurs temps fort ont suivi, dont la presentation du retour de mission PRA/OSIM au Cameroun et plusieurs ateliers et tables rondes sur entrepreunariat et financements, ainsi que la remise de trophées aux femmes qui se sont distinguées pour leurs actions d'entrepreunariat.

Son Excellence Monsieur l’Ambassadeur de France au Cameroun gilles Thibault a réhaussé la céremonie de clôture du FEEFAD, saluant l’initiative de ce forum et du programme qui l’a accompagné. Son Excellence a affirmé que la France est aux côtés des femmes dans le cadre de cette lutte pour l’égalité hommes-Femmes et soutient le FORIM, l’OFAD et l’E.CAM. pour cette édition particulièrement intéressante parce qu’elle a lieu au Cameroun.

Il a salué les initiatives des femmes dans leur quotidien, ce qui doit les emmener à croire à leur place légittime dans le monde de l’entreprenariat. Il a également évoqué la nécessité d’éduquer les filles autant que les garçons et souhaité que la prochaine édition mobilise plus de femmes. Il a enfin relevé que les difficultés relatives à l'entrepreunariat ne ocncernent pas seulement pour les femmes africaines mais aussi les femmes françaises.

Pour plus d'informations sur le contenu et les échanges du Séminaire : Jules Obama, Chargé de Mission, jobama@forim.net

Retour en images sur le FEEFAD 2019, par CR TV

La campagne une femme, un mois, une histoire : Portrait de Mme Philo Makiese SITINA, Présidente de l’Association Radio Afrique France, web radio

Philo Makiese SITINA, est d’origine congolaise. Elle est Diplômée depuis 2006 en communication de la vingt-huitième promotion de l’Institut Facultaire des Sciences de l’Information et de la Communication(IFASIC) et d’une double maîtrise en communication, l’une à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences de l’Information et de la Communication (CELSA) et l’autre à l’université Paris Sorbonne IV. Elle est également titulaire d’un Master en management des projets, option vision stratégique, du Centre des Etudes Supérieures Industrielles.

Aujourd’hui, Philo Makiese SITINA a dix-huit ans d’expérience professionnelle dans différents métiers de la communication : journalisme, communication, management, gestion des processus électoraux, entrepreneuriat.

En France, où elle s’est installée, elle a investi dans le secteur des médias. Elle a fondé l’Association Radio Afrique France, web radio qui a pour mission d’établir un pont fonctionnel entre l’Afrique et la France. Cet engagement lui a valu de recevoir, en Juin 2018, le prix Jeunesse et Migration subventionné par l’Agence française de développement.  Les retombées de ce prix ont été affectées au financement d’un documentaire sur la valorisation des actions des diasporas africaines de la région de Normandie.

Philo Makiese aura été successivement : journaliste au quotidien kinois Le Phare, experte au sein du système des Nations Unies en RDC (PNUD, UNFPA, UNOPS, MONUC) et en Côte d’Ivoire (MONUCI), animatrice et productrice d’émissions à Radio HDR (France), Agent-conseil en communication et Relations Publiques (France).

Jusqu’à ce jour, Philo Makiese allie son statut de femme au foyer avec une carrière professionnelle exemplaire. En sa qualité de femme leader, elle réfléchit sur la manière dont elle pourrait impacter positivement sur la bonne marche de son pays la République Démocratique du Congo. Pour cela, elle caresse le rêve de briguer la magistrature suprême en 2023.

Pourquoi ton engagement dans la politique et la campagne présidentielle ?

Mon engagement politique résulte de l’observation que j’ai faite depuis quelques années de la vie quotidienne de mes compatriotes et de la gestion du pays par les hommes politiques depuis 59 ans d’indépendance de la RDC, mon pays. La souffrance sans nom des congolais, qui vivent pourtant sur un des sols les plus riches de la planète et pourvu de toutes les ressources matérielles et humaines, est un véritable scandale que je ne peux plus supporter.

Il n’existe presque pas une seule ressource matérielle sur le sol ou le sous-sol de la planète que l’on ne retrouve au Congo. Depuis trois décennies, les congolais fuient leur pays pour s’établir ailleurs. Cette fuite des cerveaux appauvrit mon pays et laisse libre cours aux dictatures les plus funestes qui s’enrichissent au détriment de l’ensemble de la population. Pendant ce temps, le pays manque d’infrastructures de base, de routes, d’eau potable, d’électricité, d’installations sanitaires, sans compter l’éducation de la jeunesse qui a régressé à un niveau inimaginable et la corruption à grande échelle qui mine l’avenir du pays.

C’est tout cela qui m’a poussée à me jeter dans l’arène politique et me positionner pour 2023, à la magistrature suprême. Cette campagne, au-delà de la révolte que j’éprouve en voyant la situation socioéconomique de mon pays, je la vois aussi et surtout comme un appel à toutes les femmes de s’impliquer réellement et davantage dans la politique en Afrique. Il s’agit de casser les stéréotypes et d’appliquer réellement la parité dans les institutions de mon pays, faire en sorte que les droits des femmes ne restent pas dans les discours et soient appliqués et vécus. Je voudrais que les femmes fassent confiance en leur pouvoir de faire changer les choses, après l’échec des hommes de construire une Afrique moderne et forte, capable d’assurer le bien-être à ses populations

Que peux-tu dire pour déconstruire les idées reçues sur les femmes migrantes ?

Les femmes migrantes sont aussi actives que les autres et autant que les hommes. Comme dans leurs pays d’origine, elles participent à la résolution des problèmes dans leurs foyers, à travers notamment l’éducation des enfants, en travaillant selon leurs compétences et en créant au besoin de l’emploi là où c’est nécessaire, comme c’est le cas dans bon nombre d’associations. Il existe des idées négatives selon lesquelles les femmes migrantes sont oisives et ne se soucient que de mettre au monde des enfants pour percevoir les allocations familiales. Ceci n’est pas vrai. Si vous observez bien, vous constaterez que beaucoup des associations issues des migrations sont tenues par des femmes, qui ont gardé des valeurs de solidarité et d’altruisme qu’elles véhiculent dans leurs activités au sein de leurs associations. Loin d’être oisives, ces femmes ont gardé le réflexe de travailler pour subvenir aux besoins de leurs familles. On les retrouve partout, dans tous les corps de métier.

As-tu des conseils à donner aux femmes migrantes ?

Un seul conseil, avoir confiance en elles-mêmes et ne pas oublier d’où elles viennent, et rester solidaires avec leur pays d’origine. Garder en tête que partout en Afrique, le rôle de la femme dans l’économie des pays est déterminant, même si dans la majeure partie des cas, elles interviennent dans l’informel.  C’est d’ailleurs le secteur informel qui est le plus dynamique en Afrique.

J’invite également les femmes migrantes à mettre à profit leur séjour dans les pays développés pour poursuivre leurs études et acquérir suffisamment des connaissances intellectuelles et des compétences qui leur permettront de comprendre les grands enjeux du monde, de mieux s’affirmer et mener efficacement des projets de développement pour leur pays d’origine. Elles doivent également transmettre ces connaissances aux jeunes générations, afin d’assurer un meilleur avenir à l’Afrique et aux autres pays peu développés.

Quel mot résumerait ton parcours ?

Combative.

Que peux-tu dire sur cette campagne une femme, un mois, une histoire ?

La campagne « une femme, un mois, une histoire » est une initiative très louable qui permet d'enrichir la documentation existante sur le rôle de la femme, en montrant son apport permanente à l’essor économique et social mondial. J’apprécie particulièrement cette campagne du fait qu’elle met gracieusement à la disposition des femmes migrantes des outils pour valoriser leurs différents parcours et leur travail. C’est un apport non négligeable pour leurs stratégies de communication, considérant la notoriété dont leur fait bénéficier le FORIM en France et à l’international. Elles pourront ainsi faire connaître leurs aspirations dans le monde entier, et pourquoi ne pas décrocher des partenariats ? C’est une excellente chose.

 

Mobilisation des Etats Généraux des Migrations pour les Élections Européennes

Les élections européennes sont l’occasion pour les citoyens français de s’emparer de la politique européenne, en votant pour une société prospère, qui défend des principes de droit, d’accueil et de diversité. Les EGM mettent donc en avant une alternative constructive pour l’Europe, ses citoyens et les personnes en migration.

Le travail d’un groupe chantier dédié à ces mobilisations a permis d’aboutir à un document d’interpellation proposant aux candidat·e·s 12 engagements pour porter la voix d’une Europe juste, qui refuse les dérives actuelles.

Un kit d’interpellation a été produit pour aller à la rencontre des candidat·e·s :

Retrouvez cette boîte à outil en une seule archive.

Cette boîte à outil peut encore évoluer. N’hésitez pas à la compléter et à faire remonter les bonnes pratiques pour interpeller sur ce document collaboratif de partage d’outils.

Pour vous aider, si besoin, ou si vous avez une question à poser au
Groupe Chantier « Elections européennes », merci d’utiliser cette boite mail : elections-ue@eg-migrations.org.

 

Rencontre : "Soutenir les initiatives locales dans les pays en développement : le défi de la gestion des déchets", 20 Avril 2019, CAEN

L’association D-CODES, en partenariat avec le COSIM Normandie et Horizons Solidaires vous invitent  à la rencontre : 

Soutenir les initiatives locales dans les pays en développement : le défi de la gestion des déchets

Présentation de la COordination normande des associations Issues de la Migration - COSIM Normandie

suivi de l’ atelier d’écriture sur l’appel à projet Gestion des déchets

 

Le samedi 20 avril 2019 - de 14h00 à 19h00

à la Maison des Associations de Caen – le 1901

salle blanche (rez de chaussée)

au 8 rue Germaine TILLION, CAEN 14000

 

Programme :

Le rôle du FORIM, du COSIM Normandie et l’association D-CODES

Accompagnement des OSIM, actions et outils

Les projets de solidarité pour soutenir les initiatives locales dans les pays en développement.

Le projet dans le domaine de la gestion des déchets et le calendrier :  Présentation générale et focus sur l’appel à Projet Gestion des déchets de SYCTOM (date limite le 31 mai 2019). 

Les projets futurs

 

Un cocktail sera servi à l’issue de la rencontre.

Votre association soutient des projets d’amélioration de la gestion des déchets dans les pays du Sud ? Votre association souhaite ainsi contribuer au développement durable de ces pays, à améliorer les conditions de vie des habitants et à préserver l’environnement ?

Le COSIM soutient les associations à travers la promotion d’appels à projets spécifiques. Plus d'infos : cosimnormandie@gmail.com

 

Organisations :

FORIM : Forum des Organisations de Solidarité Internationale issues des Migrations (Niveau National)

COSIM Normandie : Collectif des Organisations de Solidarité Internationale issues des Migrations (Niveau régional représenté par le FORIM Normandie à Rouen)

OSIM : Organisations de Solidarité Internationale issues de l’Immigration (Niveau local représenté par le Asso D-CODES en Basse-Normandie à Caen)

L’Europe que nous voulons – Élections européennes 2019

L’Europe que nous voulons. Campagne de Coordination SUD pour les Élections européennes de 2019

Le 26 mai prochain aura lieu, en France, l’élection des membres du Parlement européen pour la période 2019-2023. Coordination SUD se mobilise dans le cadre de ces élections et appelle les futurs membres du Parlement européen à agir pour une Europe durable, juste et solidaire, où l’engagement citoyen et des organisations de la société civile est au cœur du projet européen.

La Campagne « L’Europe que nous voulons » vise à sensibiliser les partis politiques et les candidat·e·s aux questions de solidarité internationale et à obtenir de leur part des engagements en faveur d’une Europe solidaire et responsable dans le monde.

Cette campagne entend sensibiliser le réseau de Coordination SUD aux enjeux des élections européennes et mettre à l’agenda médiatique la question des politiques européennes de développement et plus largement des relations entre l’Europe et le reste du monde.

Le FORIM, membre de Coordination Sud, s'associe à cette campagne de mobilisation.

Vous trouverez ici des outils d’analyse et un kit à l'usage libre des organisations qui souhaitent s'investir dans la moblisation.

 

Toutes les actualités de la campagne et l'agenda des rencontres sont sur le site de Coordination Sud.

À Télécharger: 

Forum Jeunesse & diaspora, 13 Avril 2019 - Villeurbanne

Venant en appui à plusieurs associations et collectifs de jeunes, le COSIM Auvergne Rhône-Alpes organise pour la première fois ce samedi 13 avril 2019 à partir de 17h le Forum Jeunesse et Diaspora à l'espace Galline (55, avenue Galline 69100 Villeurbanne).
Portant des valeurs communes, la jeune diaspora lyonnaise est pleine d'énergie et souhaite partager cela. Divers ateliers seront proposés en première partie suivis d'une conférence abordant la thématique de l'écologie comme impératif pour l'Afrique de demain. En effet, le changement climatique implique la jeunesse en tant que dernière génération à pouvoir agir et première génération à devoir vivre avec ses conséquences. Sensibilisés aux enjeux environnementaux et soucieux d'être acteurs de changement, les jeunes ont un rôle prépondérant à jouer dans l'élaboration d'un nouveau système de vie durable. Le forum se clôturera sur une soirée animée avec possibilité de restauration sur place.
Cet événement fédérateur porté par la jeunesse a pour objectif de mettre en lumière cette nouvelle génération qui dynamise Lyon et sa Métropole.

 

Pages