La campagne une femme, un mois, une histoire : Mme Mariam THIAM, Médiatrice socio-culturelle.

Je suis Mariam THIAM, j’ai 49 ans et suis mère de deux enfants, âgés de 14 et 8 ans. Je suis née au Mali, j’ai grandi entre le Sénégal et le Mali. Je suis arrivée en France en 1991, en provenance de la Mauritanie. Actuellement, je travaille à la création de mon entreprise ; une Agence de Conseil en médiation sociale et en communication interculturelle. Ce projet, je l’ai construit avec les équipes de Résonnances Nord-Sud, un espace qui accueille et accompagne les projets de création d’entreprises.

J’ai choisi l’entrepreneuriat pour réaliser mon rêve. Il me tient à cœur de valoriser et de partager une riche expérience de 20 années de médiatrice socio-culturelle dans la Région Ile-de-France, dont 10 ans le Département de Seine Saint-Denis. J’ai beaucoup aimé mon travail d’écoute, de conseil et d’accompagnement de femmes et hommes de La Courneuve pour l’accès au logement, à une formation, à un emploi, à un titre de séjour ou une carte nationale d’identité. J’ai été heureuse de mener un travail de médiation auprès d’Institutions de la République, d’administrations, et d’élu-e-s pour trouver des réponses qui favorisent l’exercice de la citoyenneté et le vivre ensemble.

Aujourd’hui, je suis heureuse de pouvoir proposer, à partir de 2017, mes services auprès d’institutions, d’administrations, d’associations et d’entreprises qui souhaitent trouver dans la médiation et dans les ressources de la communication interculturelle des réponses aux tensions qui peuvent exister sur les discriminations, d’exercice de la parentalité, le vécu de la laïcité…  

J’ai toujours été une femme engagée. Avant mon arrivée en France, en 1988, j’avais participé aux mouvements de la jeunesse estudiantine au Sénégal  en 1988 pour l’alternance démocratique et au Mali en 1991, pour le multipartisme et la démocratie. J’ai aussi toujours été également attirée par le monde de l’entreprise. Arrivée en France, après une formation en Comptabilité et Gestion, j’ai travaillé dans le secteur des assurances, du tourisme et de l’évènementiel.

Mon sens de l’engagement et ma connaissance de la région parisienne m’ont conduit à travailler pour l’Association des Ressortissants de la Boucle du Niger en France (ARBNF). Médiatrice sociale au sein de cette Association, j’ai développé, sur ce territoire qui compte plus de 110 nationalités, l’écoute, la négociation, la recherche de réponses justes pour les citoyennes, pour les citoyens, pour la République. Plus tard, dans le même département, avec une collègue de l’association "Synergie Plus », nous avons créé un groupe de parole : « La Voix des Femmes ». Ce projet permettait aux femmes de rompre leur isolement face au problème scolaire, au problème de l’emploi et autres : c’était un espace où chaque femme décidait !

Avec l’association "Les yeux de l’ouïe" nous avons permis aux femmes d’affronter le regard des autres pour s’approprier l’espace public. Même si ce combat pour l’occupation des femmes de l’espace public paraît évident, cela ne fût pas forcément aisé !

Je suis de la lignée du Fondateur de l’Empire Toucouleur, Umar Foutiyou TALL, une famille installée au Mali et dans une grande partie de l’Afrique de l’Ouest. Ma grand-mère maternelle est une Arabo-berbère de Tombouctou. J’ai été aussi bercée par l’histoire familiale de cette grand-mère d’Araouane, Oualata, Néma, Chinguitti qui se confondait avec le commerce transsaharien entre le Maroc, l’Algérie, le Sénégal, le Mali et le Soudan. J’ai en héritage la diversité culturelle. Cette diversité est empreinte aussi de complexités. Elle invite à la tolérance et à la sagesse. Amadou Hampathé Ba, le grand écrivain et humaniste africain a écrit ceci dans sa lettre ouverte à la Jeunesse en 1985 : «....De même que la beauté d’un tapis tient à la variété de ses couleurs, la diversité des hommes, des cultures et des civilisations fait la beauté et la richesse du monde … »

L’accès des femmes à l’Education, les Droits des femmes et des migrant.e.s motivent mes engagements.

J’ai été invitée à participer aux travaux des Nations-Unies pour l’Afrique de l’Ouest à Dakar sur le thème « Femmes, Paix et Sécurité ». J’ai également contribué aux travaux du forum de Bamako sur « le rôle de la femme dans la réconciliation et la résolution des conflits ; l’apport de la diaspora au développement de l’Afrique». en 2013 J’ai pris part au colloque de la Fédération Mères pour la Paix sur le thème « Mali, Sahel, Maghreb… et les Femmes », ainsi qu’au congrès international qui s’est tenu, en 2014, lors de son Congrès International pour ses 20 ans qui s’est tenu à l’Assemblée Nationale et à Villeneuve d’Ascq sur le thème « Les Femmes déclarent la Paix »

Le mois de septembre dernier, j’ai été choisie comme l’une des ambassadrices du plan d’actions et de mobilisation contre le sexisme lancé du 8 Septembre 2016 au 8 Mars 2017 par Mme Laurence ROSSIGNOL, Ministre des familles, de l’enfance et des droits des femmes. Je suis l’heureuse Marraine, qui a comme filleule l’Association Ame (Alliance pour la Mixité en Entreprise) qui regroupe à présent plus de dix-sept réseaux d’entreprise ; elle agit en faveur de l’égalité et la mixité dans les grandes entreprises.

Le mot qui résume mon parcours serait l’engagement pour les droits humains, la citoyenneté et le vivre ensemble. C’est pourquoi, l’Agence que je crée interviendra, avec les ressources de la médiation et de la communication interculturelle, à la fois pour aider les grandes entreprises dans la relation avec l’environnement de leur territoire et aider le développement en France d’entreprises créées par les femmes et les hommes issues de l’immigration.

Cette campagne est une très belle vitrine pour toutes ces femmes battantes qui sont pas visibles dans les médias. Je ne peux qu’encourager le FORIM dans cette démarche ; il joue bien son rôle en mettant en lumière les différents parcours et les engagements des femmes. C’est donc un honneur pour moi de participer à cette campagne.