Journée Mondiale de l'Eau : 2,1 milliards d’êtres humains n’ont pas accès à l’eau potable

Alors, que l’objectif de développement durable défini par le Programme des Nations Unies pour le développement (Pnud) prévoit « d’ici à 2030 un accès universel et équitable à l’eau potable, à un coût abordable », selon le Rapport mondial des Nations Unies sur la mise en valeur des ressources en eau 2019 2,1 milliards d’êtres humains n’ont pas accès à l’eau potable.

Qui sont les personnes qui souffrent le plus de cette situation ? « Les plus démunis sont assujettis le plus à la discrimination », précise le rapport, notamment les femmes et les enfants, plus souvent désavantagées dans l’accès à l’eau, tant dans le milieu urbain que dans des milieux ruraux, puisque « la charge d’aller chercher de l’eau incombe aux femmes et aux filles de manière disproportionnée ».

Cette activité de recherche d'eau impacte également sur les enfants et leur scolarisation. Les installations d’approvisionnement en eau et d’assainissement jouent un rôle fondamental dans les écoles, car elles permettent de promouvoir un bon comportement en matière d’hygiène et contribuent à la santé et au bien-être des enfants. En outre, l’absence de toilettes et d’eau potable à des fins de consommation et d’hygiène, ainsi que le manque d’installations sanitaires appropriées, participent à l’absentéisme et à des taux élevés d’abandon scolaire, en particulier chez les filles.

Les associations des diasporas sont particulierment sensibles à la question, pour leur connaissance du contexte et des besoins, ainsi que pour la volonté de contribuer à ce défi humanitaire dans les pays d'origine, s'engagent sur le terrain pour mettre en oeuvre des projets de codéveloppement en partenariat avec des acteurs locaux. Le FORIM depuis 2003 a co-financé 48 projets qui concernent directement la question eau et assanissement, à travers notamment le dispositif du PRA/OSIM, avec le soutien de l'AFD. 

En vue de garantir une réelle efficacité, le FORIM a aussi developpé depuis plusieurs années un partenariat stratégique avec PS-Eau, Programme Solidarité Eau, un réseau multi-acteurs français qui s'engage pour l’accès à l’eau et à l’assainissement pour tous (ODD 6) dans les pays en développement. PS-Eau en qualité de membre du Comité d'Evaluation des Projets (CEP) du PRA/OSIM assure, grâce à son expertise, l'évaluation des actions, ainsi que dans certains cas l'accompagnement des OSIM pour le montage technique des projets. 

Le FORIM et PS-EAU assurent également des formations conjointes pour accompagner les OSIM en amont, dans la conception des projets sur la thématique eau.

De cette manière, les Organisations de Solidarité Internationale Issues des Migrations participent activement et d'un façon plus efficace au soutien des populations les plus défavorisées par le biais de programmes d'eau et d’assainissement dans les pays d'origine.

Un exemple concret : le projet de SOS Les Enfants D'abord au Cameroun.   

  My Page