En découverte des projets de développement local au Sénégal - Mission de terrain PRA/OSIM

Journal de la mission, édition 1 - Depuis 2003, le FORIM met en œuvre le Programme d'Appui aux Projets de développement local des associations des migrant.e.s dans leurs pays d'origine, appelé le PRA/OSIM. Ce programme vise à valoriser les nombreuses et riches contributions des associations de migrant.e.s, véritables artisans du développement qui apportent, à travers les micro-projets, leurs compétences, leur expertise et leurs appuis financiers et matériels à l’épanouissement et bien être des populations et territoires de leurs pays d'origine.

Entre 25 février et 10 mars le FORIM et le Comité de Suivi du Symposium des Sénégalais de l’Extérieur, organisation faitière sénégalaise membre du FORIM, et avec le soutien de l’Agence Française de Développement (AFD), organisent une mission de suivi des 27 projets de développement local réalisés au Sénégal entre 2003 et 2017.

De Podor à Agnam Lidoubé, en passant par Thilogne, Matam, Casamance et bien évidement, le Dakar, les membres de la délégation découvriront, tout au long du parcours, les projets réalisés dans le domaine de l’éducation, de l’agriculture, de l’élevage, de la santé, etc., leur permettant ainsi de connaitre les pratiques de codéveloppement des diasporas.

Arrivée à Dakar, la délégation composée de M. Ibra Yali, administrateur du CSSSE et de M. Lamine Traoré, chargée de mission du FORIM et accompagnée par M. Alain Frenais, administrateur du FORIM et membre du Centre de Formation géré par la Diaspora Cambodgienne / Centre Kram Ngoy - CEFODIA/CKN, a rencontré les organisations de la société civile, partenaires du CSSSE, ainsi que les représentant.e.s des autorités publiques. En effet,  la délégation s’est entretenue avec les représentant.e.s du Programme d’Appui aux Initiatives de Solidarité pour le Développement – PAISD, dispositif de coopération bilatéral destiné à soutenir les initiatives de développement économique et social portées par les sénégalais établis en France en direction de leur pays d’origine.

Ensuite les membres de la délégation ont parti à la rencontre de la Direction Générale des Sénégalais de l’Extérieur du Ministère des Affaires Etrangères et des Sénégalaise de l’Extérieur pour discuter ensemble du rôle et de la place de la diaspora sénégalaise dans la politique migratoire du pays.

« Aujourd’hui, la diaspora sénégalaise est une clé de développement du pays et elle doit être davantage valorisée et promue ! » - ont souligné les participant.e.s à la réunion.

La mission se poursuivra avec le départ à Podor pour la visite des projets des associations.

Restons connectés pour suivre la mission !   


Edition 2 – La route pour la visite des projets de développement local cache, de fois, des surprises inattendues. Des pannes de transport peuvent vite déstabiliser le parcours des voyageurs, les poussant ainsi  à chercher des solutions alternatives comme, par exemple, des chariots,  un moyen de transport accessible, fiable et écologique mais, malheureusement, moins rapide.

Après avoir vite réparé les pannes, la délégation a pu continuer sa route vers la région de Saint Louis pour visiter le projet de l’association pour une solidarité internationale active durable (ASIAD).  Soutenu par les partenaires locaux, la Mairie de Pété et l’association Fossiri Actions, le porteur du projet a mis en place un jardin de maraichage pour environ 800 femmes de la commune de Pété. Sensible à la situation économique et sociale des femmes de cette commune, l’ASIAD a souhaité contribuer à leur autonomisation à travers, notamment, le renforcement de leurs capacités organisationnelles et techniques en vue de favoriser l’autosuffisance alimentaire.

Ainsi,  environ 860 femmes de 14 à 65 ans ont bénéficié de ce projet, tout en montant en compétences et améliorant leur situation socio-économique. Les membres de la délégation ont rencontré les femmes bénéficiaires du projet qui ont partagé leurs expériences et retours sur les progrès, réussites et difficultés du projet. Il est à souligner, que le projet a été répliqué dans la commune de Mboumba pour favoriser l’autonomisation des femmes et jeunes filles de ce village.

Le lendemain, la délégation a pris la route vers le village d’Agnam Lidoub pour visiter le projet de développement du jardin maraicher des femmes d’Agnam Lidoube. Réalisé par l’association pour le Développement Socio-culturel d’Agnam Lidoubé avec un appui financier de 14 800 euros du PRA/OSIM, le projet visait à installer un système d’arrosage efficace et économique permettant aux 1500 habitant.e.s du village d’exploiter le jardin, tout en se créant des activités génératrices des revenus.  Il est à noter, que ce projet est l’un parmi plusieurs projets portés par les associations diasporiques de ce village. En effet, c’est un des exemples quand les bénéficiaires du projet de développement local en deviennent des co-porteurs actifs et des partenaires locaux fiables.

Après avoir visité le village d’Agnam Lidoub, la délégation s’est tournée vers la région de Matam pour visiter les deux projets dans la commune de Thilogne. Le premier projet de rénovation du district de santé de Thilogne était  réalisé en 2016 par l’Union action des jeunes pour Thilogne avec un appui financier du PRA/OSIM d’une valeur de 11 100 euros. Ayant mobilisé plusieurs partenaires locaux, dont les autorités du village, mais aussi les habitant.e.s même, le projet visait à rénover le district de santé, tout en y associant un chantier jeune et créant des activités préventives autour des questions de la santé publique. Les activités du projet ont pu toucher près de  32 000 habitant.e.s de la commune, dont 250 jeunes et 8 bénévoles venus de la France.

La délégation a continué son parcours dans le même village en visitant le deuxième projet de construction et d’équipement de deux salles de classe dans la Case des Tout –Petits de Thilonge mis en place par l’association « Afrique Solidarité ». Réalisé en 2013 -2014 avec un appui financier du PRA/OSIM de 9 900 euros, le projet avait pour objectif d’améliorer l’état nutritionnel et sanitaire des femmes et des enfants de la commune, tout en créant du changement positif au niveau des pratiques familiales clés et en luttant contre l’analphabétisme des jeunes et des enfants. La construction des deux classes et la mise en place des activités éducatives a permis à l’association porteuse du projet de venir en aide aux plus de 115 enfants et femmes de la commune.

Restant dans la même région de Matam, la délégation a pris la route de la commune rurale de Ndendory, village de Seno Palel pour visiter le micro-projet d’embouche bovine-ovine et de maraichage pour les femmes de Tékinguel et de Seno Palel. Mis en œuvre par l’association « Femmes de Tékinguel », le projet a reçu un appui financier du PRA/OSIM de 12 000 euros et  a réussi à mobiliser plusieurs partenaires locaux, dont l’agence nationale pour le Conseil Rural, la chefferie du village, le département de Kanel, etc. Ayant un objectif ambitieux, celui de faire de l’éducation au développement, l’association porteuse visait à favoriser l’accès des populations du village aux fruits et légumes frais, à travers, notamment, une formation des femmes au leadership, aux techniques du goutte à goutte et à la fabrication des bios pesticides. Aujourd’hui, les 100 bénéficiaires du projet, regroupés en GIE Tierno Demba Diawando, ainsi que les populations du village de Seno Palel et de Tékinguel, produisent et vendent des légumes et fruits frais, en pratiquant ainsi la vente directe. Cela leurs a également permis d’acquérir des compétences utiles en gestion financière des microentreprises rurales.

Restez avec nous pour la suite de la mission…