Atelier d'échanges-formation: "Le rôle de la diaspora burkinabé dans la Migration & Développement" Ouagadougou, 21-22 juillet 2018

COMMUNIQUE DE PRESSE

L'engagement de la diaspora bukrinabè dans le développement et la création d'emplois au Burkina Faso

 

Plusieurs acteurs internationaux et locaux issus des institutions publiques et de la societé civile se réuniront à Ouagadougou le 21 et 22 juillet pour participer à l'atelier d"échange-formation organisé par le Forum des Organisations de Solidarité Internationale issues des Migrations (FORIM) , en collaboration avec son membre l’Union des Associations Burkinabè de France (UABF).

 

21 juillet 2018, Ouagadougou, Burkina Faso. 

L'engagement de la diaspora Burkinabè dans le développement et la création d’emplois au Burkina Faso sera au coeur de la rencontre organisée par le Forum des Organisations de Solidarité Internationale issues des Migrations (FORIM) en collaboration avec l’Union des Associations Burkinabè de France (UABF).

L'atelier d'échange-formation s'inscrit dans le cadre du projet «MADE Afrique de l’Ouest – Migrations et Développement (1) et vise à favoriser une meilleure connaissance mutuelle entre diaspora et acteurs de développement clé du pays.

 

Une étude et des ateliers pratiques pour comprendre et promouvoir la contribution de la diaspora dans le développement du Burkina Faso.

La diaspora burkinabè contribue au développement du pays à travers plusieurs formes d'action, à la fois des initiatives entrepreneuriales, des projets de développement local ou tout simplement des transferts de fond. Pourtant, il existe un decalage entre de telles initiatives et la volonté de mobilisation portée par les institutions publiques.

C'est le constat issu de la toute dernière étude réalisée entre avril 2017 et février 2018 sur les modalités d’organisation et d’intervention de la diaspora burkinabé en faveur du développement au Burkina Faso, et plus particulièrement dans le champ de la création/consolidation d’emplois. « Les diasporas ont un rôle crucial à jouer dans le développement de la zone CEDEAO (2) - affirme le Président du FORIM, M. Thierno Camara  - elles sont déjà très actives mais ont besoin d’être structurées et renforcées ». 

L’atelier de deux jours s’appuiera sur cette étude ainsi que sur des exemples concrets d’initiatives portées par la diaspora, pour ensuite explorer les opportunités, les bonnes pratiques et les difficultés de mobilisation de la diaspora burkinabé.  
 

Concrétiser des cadres de coopération permettant d’accroitre les contributions de la diaspora burkinabé.

« Le dialogue tripartite entre diasporas, associations locales et autorités est crucial pour appréhender ces enjeux complexe - poursuit M. Camara-. Les diasporas sont trop souvent vues comme des pourvoyeurs de fonds, alors que leur expertise et leur capacité à développer des projets, ici et là-bas, reste un potentiel sous-estimé. ». D'où l'importance d'étudier les voies et moyens de concrétiser des cadres de coopération permettant d’accroitre les contributions de la diaspora burkinabé au développement du pays d’origine.

L'ambition du FORIM sera donc de faciliter cette dialogue et mise en réseau de tous les acteurs concernés (représentants de la diaspora en France, Italie, Côte d’Ivoire, associations, ministères compétents, agences de développement, organisations internationales etc.). Le but ultime : voir fleurir une feuille de route conjointe en vue de donner à la diaspora les moyens d’agir et de maximiser son impact.

 

A PROPOS DU MADEAO 

Le projet « MADE Afrique de l’Ouest – Migrations et Développement, Partenariat pour une gouvernance des migrations et de la mobilité basée sur les droits » est mené par le FORIM en partenariat avec ICMC Europe avec le soutien de la Commission Européenne. Le projet a pour objectif de promouvoir la bonne gouvernance des migrations et de la mobilité, ainsi que la protection des droits des migrant-e-s dans l’espace CEDEAO, en vue d’accroitre les bénéfices de la migration et de la mobilité sur le développement. Le FORIM, en lien avec l’UABF, intervient plus spécifiquement sur le volet 3 de ce projet relatif à la « Maximisation de la contribution des diasporas et des migrant-e-s en faveur du développement des pays d’origine ». Lancé en partenariat avec ICMC Europe, AFFORD et le Centre pour les Etudes sur la Migration (Université du Ghana). Le projet MADEAO est soutenu par l’Union Européenne et, pour les activités portées par le FORIM, par l’Agence Française de Développement dans le cadre du cycle de Rencontres Internationales Sud.

CEDEAO (2) Communauté economique des Etats de l'Afrique de l'Ouest

 

Plus d'informations :

Benoit Mayaux, chargé de mission plaidoyer

bmayaux@forim.net