« Les migrations environnementales pour les nul·le·s » : le document de réflexion du réseau DPPDM

 

 

Le changement climatique et les désastres environnementaux accélèrent la dégradation des conditions de vie des populations les plus vulnérables, qui sont également les moins responsables des émissions de gaz à effet de serre. Ces dégradations des conditions de vie sont donc bien issues des inégalités de répartitions de richesses. C’est donc une question de justice migratoire et climatique qui doit être abordée du point de vue de la solidarité internationale. Alors que ces mouvements en faveur de la justice climatique d’une part et des droits des migrants de l’autre ne parviennent pas pour l’instant à converger suffisamment, le réseau DPPDM construit une stratégie de solidarité internationale qui travaille à fédérer ces mouvements sociaux. Cette convergence représente une étape vers un changement du paradigme du développement et une opportunité pour repenser la solidarité internationale. 

 

Le réseau Des Ponts Pas Des Murs (DPPDM) rassemble une quinzaine d’organisations de défense des droits humains, d’associations de solidarité internationale, d’associations de migrant·e·s et de soutien aux exilé·e·s. Depuis un an,  le réseau a mis en place une démarche de documentation collective sur les enjeux de migrations environnementales, synthétisée sous la forme du document « Les migrations environnementales pour les nul·le·s », en pièce-jointe.

 

Le FORIM est membre du Réseau Des Ponts pas des Murs et contribue à la réflexion avec son expertise sur les aspects liés aux migrations, solidarité internationale, developpement et rôle des diasporas dans le double espace.  

 

Plus d'infos sur le réseau DPPDM : Des Ponts Pas des Murs

Le FORIM joint sa voix contre la criminalisation des exilé·e·s et de leurs soutiens!

evenement-fb-carola-rackete
160 associations, syndicats, collectifs citoyens, appellent à se rassembler le mercredi 3 juillet à 18h, place de la bataille de Stalingrad à Paris, pour dénoncer une atteinte inqualifiable aux droits humains les plus fondamentaux et soutenir l’ensemble des personnes exilées et leurs soutiens. 
La nuit du samedi 29 juin, Carola Rackete a été arrêtée par la police italienne après avoir accosté avec son navire dans le port de Lampedusa. A son bord, 42 personnes secourues dans les eaux internationales au large  de la Libye.Après 17 jours d’errance en Méditerranée, la capitaine du Sea Watch 3 a pris la décision d'entrer sans autorisation dans le port, bravant ainsi les interdits du gouvernement italien et le silence de l’Union Européenne.

Elle l’a fait parce qu’il y a quelque chose au-dessus des lois immorales promulguées par le ministère de l’intérieur italien et de la lâcheté meurtrière de l’Union Européenne. Au-dessus, il y a l’humanité et le respect des droits fondamentaux. Carola Rackete a fait le choix de l’humanité. Elle et son équipage ont choisi de sauver 42 femmes et hommes exilé·e·s, condamné·e·s à se noyer au milieu de la méditerranée, ou à être torturé·e·s, violé·e·s, enfermé·e·s.

En niant le droit de ces personnes d’être secourues, l’Italie se rend complice de l’enfer qu’est devenue la Libye aujourd’hui pour les personnes exilées. En fermant les yeux et en se déresponsabilisant, la France se rend tout autant complice. En militarisant ses frontières et en déléguant l’accueil des personnes à des pays tiers, l’Union Européenne est responsable du délitement de leurs droits. En refusant d’intervenir, la Cour Européenne des Droits de l’Homme devient complice de cette atteinte aux principes les plus fondamentaux de notre humanité.

Exigeons que les personnes sauvées et que tou·te·s les exilé·e·s soient protégé·e·s et que leurs droits soient respectés. Exigeons que tous bateaux avec à leur bord des enfants, des femmes et des hommes en danger soient accueillis dans tous les ports de l’Union Européenne.

Exigeons la libération immédiate et la levée des sanctions contre Carola Rackete, Pia Klemp et tout l’équipage du Sea Watch 3, symboles d’une humanité qui nous donne à toutes et tous, chaque jour, l’espoir et la détermination.

Nous appelons toutes les organisations, citoyen.ne.s, personnalités engagées, à se rassembler le mercredi 3 juillet à 18h, place de la bataille de Stalingrad à Paris, pour dénoncer une atteinte inqualifiable aux droits humains les plus fondamentaux et soutenir l’ensemble des personnes exilées et leurs soutiens.

Plus d'infos sur le rassemblement disponibles ici.

Signataires : 350.org; ACAT-France; Accueil de merde; ACDA (Agir pour le changement et la démocratie en Algérie); ActionAid France - Peuples Solidaires; AHSETI LE HAVRE; AID (Association Initiatives Dionysiennes); Aitec; Alternative Espaces Citoyens (Niger); AMDH Maroc; Amorces; Anafé; APICED; Ardhis; ASBL Na'oura Bruxelles; ASOCIACION ELIN; Association d'Accueil des Demandeurs d'Asile de Mulhouse; Association Encrages; Association Européenne pour la Défense des Droits de l'Homme; ASSOCIATION HENRI PEZERAT; Association La Boussole; Association Survie; ATTAC France; ATTAC local Reims; ATTAC Savoie; Autres Brésils; Bagaérue; Bani Street; CADTM International; Carre Geo & Environnement France; CSIA-Nitassinan (Comité de Solidarité avec les Indiens des Amériques); CCFD-Terre Solidaire; Centre Primo Levi; Cercle du Silence; CGT; Chemins Pluriels; CIBELE; Colectivo Editorial Crisis - Argentine; Collectif "Changer de Cap"; Collectif "Les Voisins Solidaires" (MEZY-sur-SEINE); Collectif "Migrants: changeons notre regard!" (Antony); Collectif amiènois des sans-papiers; Collectif Argentin pour la Mémoire collectif; CGT migrants 31; Collectif de Défense des Droits et Libertés des Etrangers (Besançon); Collectif de Défense des Jeunes du Mantois; Collectif de soutien de l'EHESS aux sans papiers et aux migrant-es; Collectif Exilés 51; Collectif Justice & Libertés 67; Collectif Loire "Pour que personne ne dorme à la rue"; Collectif Migrants Var Est; Collectif pour une Nation Refuge; Collectif Vigilance pour les droits des étrangers  (Paris 12ème); Comité de Vigilance pour la Démocratie en Tunisie; Comité de Vigilance pour la Démocratie en Tunisie (Belgique); Comité des Sans Papiers 59; Comité local ATTAC Rennes; Comité pour le Respect des Libertés et des Droits de l'Homme en Tunisie (CRLDHT); Comité sud 54 du Mouvement de la Paix; Confédération Paysanne; Coopérative EELV; Coordination SUD; CRID; CSP75/CISPM; DIEL; Droit Au Logement - DAL; Du Collectif Malgré Tout; Earth Strike France; Emmaüs Europe; Emmaüs France; Emmaüs International; Encuentro de Profesionales contra la Tortura; Enercoop; Etudiants et Développement; ENSEMBLE; Ensemble & Solidaires; Union Nationale des Retraités et des Personnes Âgées - Fédération de Paris; Etats Généraux des Migrations; Etats Généraux des Migrations-Paris (EGM Paris); Etats Généraux des Migrations 33; Europe solidaire sans frontières (ESSF); FASTI - Fédération des Associations de Solidarité avec Tou-te-s les Immigré-e-s; Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives (FTCR); Féministes contre le cyberharcèlement; FIDH; Fondation Copernic; Fondation un monde par tous; FORIM; France Amérique Latine; France Libertés- Fondation Danielle Mitterrand; FTCR;Ganges Solidarités; GAS (Groupe Accueil et Solidarité); GISTI (groupe d'information et de soutien des immigré.es); Grdr - Migration citoyenneté Développement; Groupe Non-Violent LOUIS LECOIN ICARE 05; Immigration Développement Démocratie; IRD; La Cimade; La Cimade 43; La Divagante; La Ville en Commun; L'Assemblée Citoyenne des Originaires de Turquie -  L'ACORT; L'Auberge des Migrants; Les Amis de la Terre France; Les midis du mie Paris; Ligue des droits de l'Homme  (Landes); Ligue des droits de l'Homme (LDH National); Ligue des Droits de l'Homme  (Mulhouse); Montagne Accueil Solidarité; Montreuil Ecologie; Mouvement de la Paix; Mouvement des Progressistes; Médecins du Monde France; Médecins sans frontières; Mouvement pour l'Economie Solidaire; MRAP;  Vox International; Nouvelle Jungle - Lille; Oxfam France; OSIRIS; Paris d’Exil; PDS : petits déjeuners solidaire; PEPS et Sociale (Pour une Ecologie populaire et sociale); Red Acoge; Rencontres avec le Tiers Monde (RTM); Rencontres et Débats Autrement; Réseau Chrétien - Immigrés; Réseau Euro-Maghrébin Citoyenneté et Culture (REMCC); Réseau Féministe "Ruptures"; Réseau Roosevelt Paris - IdF; RESF; RESF 33; RESF 5-13; RESF 54; RESF Paris; RESF 43; RESOME; RITIMO; RUSF Paris 8; SANG POUR DANS; Secours Catholique - Caritas France; Sherpa; Solidarite Migrants Oise; Solidarite Migrants Wilson; SOS Racisme; Syndicat ASSO - Solidaires; Syndicat des Avocats de France ( SAF); THOT (Ecole diplômante de français pour les réfugiés et demandeurs d'asile); Tous migrants; UFSE-CGT; UJFP  Union Juive Française pour la Paix; UL CGT Brétigny sur Orge; Union des Tunisiens pour l'Action Citoyenne (UTAC); United Migrants; Union Syndicale Solidaires; Urgence Welcome; Utopia 56; Voisins Solidaires; Welcome-Franois-Serre; Zone de Solidarité Populaire Paris 18e.

Togo : les associations de la diaspora togolaise s’engagent dans une nouvelle dynamique pour mieux coordonner les actions de co-développement

A la suite de la rencontre du 14 et 15 juin, les associations de la diaspora togolaise s’engagent dans une nouvelle dynamique

pour mieux  coordonner les actions de co-développement dans leur pays d'origine

 

Les 14 et 15 juin s’est tenu une rencontre de la diaspora togolaise installée en France et menant des projets de développement au Togo. Organisée avec le soutien de l’Union européenne dans le cadre du programme « MADE – Afrique de l’Ouest », qui vise à maximiser la contribution des mobilités au développement en Afrique de l’ouest, cette rencontre a réuni 40 personnes de toute la France afin de mieux appréhender les modes d’action et pratiques de la diaspora togolaise dans leurs initiatives et mieux mesurer leur impact sur le terrain. Quels partenariats nouer avec les autorités locales ? Quelles procédures pour obtenir des autorisations des administrations déconcentrées ? Comment former les partenaires sur place pour assurer le suivi des projets ? Combien d’emplois crées ? Autant de questions soulevées par les participant.e.s souhaitant confronter leurs pratiques, succès et difficultés.

 

Animée par des élus du FORIM et enrichie par l’expérience de la diaspora burkinabè voisine, la discussion a permis de dégager des problématiques transversales, telles que la complexité des démarches administratives où le risque d’être perçu simplement comme un bailleur de fond

 

Au fur et à mesure des discussions, un constat s’est toutefois imposé : le manque de coordination entre acteurs de la diaspora togolaise limite sa capacité d’action et son impact. Les différentes tentatives de fédérations n’ont jamais abouti en raison notamment des enjeux politiques qui créent de la méfiance entre la diaspora et les autorités nationales. Pour remédier à cet obstacle, les participant.e.s ont décidé d’entamer la création d’une coordination des associations de la diaspora togolaise pour le co-développement, dénuée de toute vocation politique mais centrée uniquement sur les questions de développement et de solidarité avec le Togo.

Le FORIM s’est engagé à accompagner la dynamique naissante et à soutenir les OSIM togolaises, comme il le fait avec toutes les diasporas souhaitant se regrouper et développer un projet associatif collectif.

 

 

 

Les Migrations au cœur de l'ECSI : Quels savoirs et quelles pratiques d'éducation citoyenne ?

MIGRATIONS AU CŒUR DE L'ECSI

Quels savoirs et quelles pratiques

d'éducation citoyenne ?

 

Samedi 6 Juillet 2019h

de 10 h à 17h

Mundo - M

14 Avenue Pasteur,  93100 Montrueil

 

 

EDUCASOL et FORIM organisent une journée intra-réseau de capitalisation et de perspectives qui a pour objectif de dresser un premier état des lieux des acteurs, des pratiques et des enjeux associés aux démarches d’éducation aux migrations et de faire émerger des pistes de travail communes.

 

Le programme se déroulera autour des trois temps suivants :

  • Migrations et ECSI : De quoi parle-t-on ? Définir les termes, s’accorder sur la signification, utiliser le même langage ;
  •  Qui sait quoi ? Qui fait quoi ? Cartographie des acteurs et des pratiques d’éducation aux migrations ; 
  • Croiser les dynamiques entre réseaux : quelles opportunités de coopération ? Sur quels sujets ? Pour quels impacts et résultats ?

 

Ce projet de rencontre est à la jonction entre :

  •  la démarche d’Observatoire et de Laboratoire d’EDUCASOL, qui vise à faire connaître les acteurs, les pratiques et les politiques publiques, ainsi qu’à valoriser les expérimentations innovantes ;
  • la démarche du FORIM visant à engager une réflexion entre ses Membres, les OSIM et d'autres organisations d’ECSI sur les enjeux migratoires et leur abord dans les programmes de l’Education Nationale.

 

Il s’adresse aux acteurs (associations, collectifs, institutions) engagés ou qui souhaitent s’investir davantage dans des démarches d’ECSI en matière d’éducation aux migrations et de travail de réflexion sur les outils et les stratégies.

 

​Après un temps de présentation et inter-connaissance, les participant.e.s sont invité.e.s à travailler en groupe avec des méthodes d’intelligence collective .

consultez le Programme de la journée 

 

 

Plus d'informations : 

Pierangela Fontana

Chargée de communication, campagnes, événementiels

pfontana@forim.net

 

 

Communiqué de presse : Le FORIM a élu son nouveau Président le 22 juin 2019

   

Le FORIM, plateforme des organisations de solidarité internationale issues des migrations en France, a élu son nouveau Président

Mackendie Toupuissant, représentant de la PAFHA, tête du réseau des associations franco-haïtiennes membre du FORIM, a été nommé à la Présidence de la plateforme le 22 juin 2019. 

 

Paris, 26 juin 2019  –  Les associations membres du Forum des Organisations de Solidarité Internationale Issues des Migrations (FORIM) ont choisi leur nouveau Président lors de l’Assemblée Générale du 22 juin à la Mairie du XXe de Paris, un rendez-vous électif qui a renouvelé les instances de la plateforme.

Il s’agit de Mackendie Toupuissant, ancien président de la PAFHA la Plateforme des Associations Franco-Haïtiennes membre du FORIM depuis ses origines ; il est également administrateur du FORIM depuis 2011 et a été trésorier de 2013 à 2016.

45 ans, né à Port au Prince et arrivé en France encore enfant, Mackendie Toupuissant est connu pour son engagement citoyen ici et là-bas, notamment pour sa participation active à la vie collective dans son pays d’accueil ainsi que pour ses actions de solidarité vers la communauté haïtienne : ce qui lui a valu en 2017 une distinction du Ministère des Haïtiens vivant à l'étranger. 

Un moment de prise de parole. Dans l’ordre : François-Xavier Reymond, Délégué adjoint pour les relations avec la société civile et les partenariats MEAE (gauche), Thierno CAMARA (centre), Mackendie Toupuissant (droite)

La Présidence d’un représentant des associations issues des migrations de la zone Amérique Latine/Caraïbes est une première pour le FORIM depuis sa création en 2002.

Cette configuration témoigne d’une volonté renouvelée de la part des 38 membres du FORIM d’afficher toute la richesse des provenances des associations des migrante.s., en garantissant une diversité de représentativité dans les instances de la gouvernance de l’association. 

(photo :Un moment de prise de parole. Dans l’ordre : François-Xavier Reymond, Délégué adjoint pour les relations avec la société civile et les partenariats MEAE (gauche), Thierno CAMARA (centre), Mackendie Toupuissant (droite)

Lors de l’annonce de la décision, le Président sortant Thierno Camara a salué le résultat de cette élection comme l'expression démocratique du processus électoral et d’une ouverture désirée vers des nouveaux visages des diasporas, venues d’autres continents

 

 

 

 

Mackendie Toupuissant, nouveau Président du FORIM

Mackendie Toupuissant a de son côté souligné d’accepter ce passage de flambeau avec l’ambition “plus que jamais, que le FORIM se développe en accentuant nos plaidoyers sur nos deux espaces Ici et Là-bas, afin de valoriser les compétences des personnes issues des migrations et leur permettre de participer au développement des relations Sud-Sud”. Le Président et les 20 membres administrateurs élus s'engagent auprès du FORIM et des OSIM pour les prochaines 3 années, sur la route des célébrations des 20 ans de cette grande plateforme qui réunit plus de 1000 organisations issues des migrations.

 

Banque d’images de l’Assemblée Générale  

Contact presse : 

Mme Pierangela Fontana, Chargée de communication

01 44 72 02 88

pfontana@forim.net

 

Diasporas : Les pays européens doivent changer de vision

Comment les politiques migratoires devraient-elles évoluer pour favoriser la mobilité des diasporas et leur appui au développement dans leurs pays d’origine ? 
 
Adam Oumarou : Tout d’abord, je tiens à rappeler deux choses essentielles : les migrations humaines sont normales, ancrées dans la dynamique des sociétés depuis toujours ; la population de l’Afrique subsaharienne émigre pour plus des deux tiers dans un autre pays d’Afrique. Et je note une différence de perception entre l’Afrique et l’Europe : un Africain qui réside en Europe est un immigré et un Européen qui séjourne en Afrique est un touriste ou un expatrié. L’apport des migrants au développement et à la transformation de la structure économique de leur pays d’origine est désormais pris en compte par les Etats africains. Ils mettent en place des stratégies pour tirer parti de ces migrations et en atténuer les effets négatifs tel le dépeuplement de certaines zones. En Europe, dans leur pays d’accueil, les migrants sont des personnes de tous niveaux de qualification et contribuent à remédier au déficit de compétences sur le marché du travail. Les pays européens doivent changer de vision et reconnaître le rôle de tous les travailleurs migrants, ceux qui sont hautement qualifiés mais aussi les peu qualifiés, dans la trajectoire de développement ici et là-bas en Afrique. Sur le terrain, en France, la question de la régularisation des travailleurs peu qualifiés se pose avec acuité. Il faut que la politique de visas change pour permettre une mobilité circulaire positive entre pays d’origine et pays de destination, une liberté de circulation qui créerait des ponts structurants entre l’Europe et l’Afrique. 
 
Comment les diasporas africaines en Europe peuvent-elle s’impliquer sur ces sujets ? 
 
A.O. : Les membres des diasporas en Europe sont, pour la plupart, des migrants en situation régulière et ont des attaches avec leur lieu de résidence. A ce titre, ils participent à la vie politique, sociale et culturelle au même titre que les autres citoyens. Au niveau local, ils ont un rôle majeur à jouer dans le cadre de la coopération décentralisée entre collectivités territoriales européennes et africaines. Plus largement, les diasporas doivent être associées à tous les forums de discussion pour renforcer le dialogue entre leurs organisations et les acteurs publics comme privés. Un exemple : le CONIF est en train de s’organiser pour proposer aux entreprises nigériennes et françaises établies au Niger des compétences issues des rangs de la diaspora nigérienne établie en France. A travers ce type d’initiative, nous concrétisons les liens qui nous unissent au Niger et nous souhaitons qu’un cadre stratégique se crée entre les deux pays pour intégrer la contribution de la diaspora. 
 
Faudrait-il associer les diasporas au suivi de l’aide publique au développement (APD) ? 
 
A.O. : D’abord le terme « aide » ne m’enchante pas pour parler des relations entre l’Europe et l’Afrique. Les diasporas ont été un peu oubliées à ce niveau or elles devraient être associées à l’orientation de l’APD car, pour être efficace, cette aide doit coller au plus près des besoins identifiés sur le terrain dans le pays destinataire des fonds. Les diasporas peuvent apporter leur expertise dans ce sens, c’est pourquoi les bailleurs de fonds auraient tout intérêt à intégrer leurs compétences dans les projets. Par exemple, l’AFD aurait des consultants issus des diasporas africaines en France. Et c’est la même chose du côté des pays d’origine des diasporas : ces pays devraient créer un cadre pour associer celles-ci à la définition de projets structurants au service d’une croissance inclusive. Il est important que les diasporas puissent investir en confiance, en bénéficiant de protections législatives adéquates. Dans le cadre de l’appel à projets du FORIM, nous repérons dans nos pays d’origine des projets solides, innovants, que nous pouvons soutenir et qui sont susceptibles d’être sélectionnés pour un co-financement de l’AFD à hauteur de 15 000 euros par projet. Cette méthode est efficace car elle renforce à la fois les capacités des acteurs locaux dans nos pays et celles des membres de la diaspora et elle évite la dispersion des fonds.
 

Quelles sont les actions concrètes du CONIF pour porter des projets d’investissement ? 

 
A.O. : La diaspora nigérienne est en train de s’organiser pour se structurer et nous avons commencé un travail de recensement de toutes les compétences de ses membres en France. Sur la base de leurs cotisations annuelles, un fonds d’investissement de la diaspora nigérienne va être abondé. Il va travailler en partenariat avec des banques françaises et nigériennes pour sécuriser les transferts de fonds, rendre ceux-ci moins coûteux et veiller à leur efficacité dans le cadre d’investissements productifs. L’ouverture prochaine à Paris d’une agence de la Banque de l’Habitat du Niger (BHN) est un exemple de cadre qui permet à la diaspora d’invertir au Niger en toute sécurité. C’est une initiative à saluer. Nous agissons aussi dans le domaine de l’éducation et de la formation. Chaque année, nous organisons une campagne d’accueil des nouveaux étudiants en France. C’est un geste de solidarité nécessaire pour faciliter l’intégration des primo-arrivants. Avec le programme européen Erasmus + nous voudrions que des professeurs, des chercheurs, des experts issus de la diaspora partent enseigner au Niger. Nous poussons à des échanges scolaires entre des écoles par le biais de la coopération décentralisée. Et nous organiserons un Forum économique et scientifique de la diaspora au Niger car nous voulons partager nos expériences avec ceux qui sont restés là-bas, comprendre les priorités de notre pays et les possibilités de retour si on le désire. 
 
 

Journée de la Femme nigérienne 2019 - 29 juin à Aubervilliers

Le CONIF ( Conseil des Nigériens de France) et le RFN France Réseau des Femmes Nigériennes de France, membres du FORIM, vous reviennent avec cet événement spécial pour célébrer la Femme Nigérienne. 
Ce sera le 29 Juin 2019 dès 13h jusqu'à 19h au 2 rue Édouard Poisson Aubervilliers 93300. 
Au programme : 
- Tables rondes, 
- Animation musicale, 
- Projection de films,
- Collation à la Nigérienne.

Le thème retenu pour cette édition est : LE CHANGEMENT CLIMATIQUE, UN FREIN À L'ÉMANCIPATION DES FEMMES AU SAHEL.
 

European Developement Days EDD2019, 18-19 juin 2019, Bruxelles

 

FORIM sera présent avec ADEPT a 13ème édition des Journées Européennes du Développement (JED 2019), se tiendra à Bruxelles les 18 et 19 juin 2019 et portera  sur le thème : "Agir contre les inégalités : construire un monde qui ne laisse personne pour compte".

Elle s’efforcera de concilier l’engagement de l’Union européenne en faveur de l’égalité et de la prospérité partagées avec l’Agenda 2030.

Les Journées européennes de Développement 2019 s'articuleront autour de trois grands thèmes :

1) Pourquoi les inégalités sont-elles importantes pour le développement durable ?

2) Comprendre les causes structurelles des inégalités ;

3) Travailler mieux ensemble grâce à des politiques plus efficaces pour remédier aux inégalités.

 

Pour plus d'informations sur le site web: http://www.eudevdays.eu

#EDD19

Thé palabre "Citoyen.ne.s d'ici et là-bas: Comment les diasporas s'engagent en Normandie et à l'international? ", 1er Juin 2019, Rouen

Le COSIM Normandie en partenariat avec Horizons solidaires, le Grdr Migration - Citoyenneté - Développement et Radio Afrique France vous invitent à un Atelier d'animation et de réflexion  :
 

THE PALABRE 

"Citoyen.ne.s d'ici et là-bas: Comment les diasporas s'engagent en Normandie et à l'international? " 
Avec la diffusion du film "les OSIM en Normandie" par Radio Afrique France 
 
Samedi 1 Juin
de 14h à 16h30
Maison de quartier du Cloître des Pénitents - 8 Allée Daniel Lavallée 
Rouen
 
Plus d'information et modalités d'inscription sur ce lien  : Thé palabre 1 juin 2019

AFRO DIASPORA NETWORKING, 1er juin 2019 - Paris

L'AJGF co-organise, l'AFRO DIASPORA NETWORKING qui se tiendra: Le 1er juin 2019 au MAS-Paris, 10/18 Rue des Terres au Curé, 75013, de 9h à 17h.

Il s'agit d'un événement axé sur le développement personnel et professionnel.

Au programme:

  • Plus de 18 speakers inspirants animeront des ateliers et conférences
  • Farida AKADIRI et Emmanuel CHILA seront nos "Guests Speakers"
  • Sarah YAKAN(Fondatrice de Femme d’influence) notre invitée d'honneur nous parlera de leadership
  • Rokhaya DIALLO (Journaliste BET-LCI/ Ecrivaine), notre invitée coup de coeur présentera et dédicacera son dernier livre: "Ne reste pas à ta placeAmazon

Un événement à ne pas louper par tous ceux qui ont soif de réussite !!!

 

Plus d'informations à ce lien. 

Pages